Bijoux porte bonheur égyptien antique anciens

Bijoux porte bonheur égyptien antique anciens
5 (100%) 1 vote

Toutes les civilisations ont leur propre croyance, donc leurs propres bijoux porte-bonheur. En plus d’être esthétique, ils sont de véritables petits trésors de confections.

Bijoux Égyptiens traditionnels

Permis les autres porte-bonheurs égyptiens on retrouve également

La Croix de vie qui est une croix ansée que l’on appelle “Ankh”. Elle symbolise la vie éternelle et était souvent portée par les divinités et représentée dans les temples ou accompagnait les momies. Aujourd’hui elle est toujours un talisman porte-bonheur qui est très apprécié pour la confection de pendentif talisman.

Scarabée égyptien porte bonheur

De nombreux porte-bonheur sont présents dans la civilisation égyptienne. À l’époque des pharaons, le scarabée avait un grand pouvoir protecteur, et on le retrouve toujours autres des momies, permettant à l’âme d’être protégée dans le monde de l’eau de là. Il est toujours utilisé de nos jours comme un puissant porte-bonheur qui attire la chance, la prospérité et il favorise également l’harmonie et l’équilibre. Porté en bijou, le scarabée est un symbole important et puissant, il symbolise la vie éternelle a celui qui le porte ou la possibilité de la résurrection. Il se nomme Khéper ce qui signifie renaissance ou encore tenir à l’existence.

Scarabée signification spirituelle

Le symbole du scarabée est celui des cycles du soleil, symbole de la résurrection. En effet pour les égyptiens, le scarabée a une grande importance et une symbolique fort, il renaît depuis les mort et protège les vivants. Le scarabée aide au jugement de la conscience, c’est la raison pour laquelle on glisse toujours une amulette représentant un scarabée dans les sarcophages. On dit que le scarabée est le témoin moral en quelques sorte du défunt, il est celui qui pourra décider de son salut ou encore de son jugement. Dans les peintures d’Egypte ancienne le scarabée porte la boule du soleil entre ses pattes, il roule une boule de feu il renaît de sa propre décomposition.